Twinings, une « dynas-tea »

univers_origine_histoire_annexes

TWININGS, UNE « DYNAS-TEA »

thomas_twining

Issu d’une famille de drapiers du Gloucestershire, Thomas Twining naquit en 1675.

Il acquit les premiers rudiments du commerce auprès d’un marchand de la compagnie des Indes Orientales. En 1706, il rachète un coffe house, le « Tom’s Shop », idéalement situé dans le Strand, auquel il applique sa science toute neuve et son génie des affaires. Pressentant l’immense potentiel du thé, il fonde, en 1707, LE LION D’OR, un comptoir qui permettait enfin aux femmes de s’approvisionner sans commettre leur réputation dans les coffee houses ! Les succès fut immédiat….et durable !

A sa mort, en 1714, son fils Daniel prit la suite, poussant la notoriété de la maison au delà de l’Atlantique, en développant le commerce avec l’Amérique. Il mourut prématurément, mais sa femme Mary mena l’affaire d’une main qui pour en être féminine et inexpérimentée n’en fût pas moins virtuose.

En 1771, Richard Twining, autre grande figure de la dynastie, prit la digne succession de sa mère. Influent et dynamique, président des négociants de thé londoniens, c’est sur ses conseils que le premier ministre réduisit enfin les taxes prohibitives qui s’exerçaient sur le thé. C’est aussi lui qui est à l’origine des célèbres pâtes à empâtement figurant sur toutes les boîtes.

En 1837, consécration pour toute marque anglaise, la reine Victoria accorda à la maison le titre de fournisseur officiel de la couronne « pourvoyant à son ordinaire », titre reconduit jusqu’à ce jour.

C’est un membre de la famille, Samuel Twining, qui préside encore aujourd’hui aux destinées de la maison tricentenaire.

Un site utilisant WordPress