4 – Le monde découvre le thé

univers_origine_histoire

Première découverte

Si Marco Polo (1254-1324) évoque les maisons de thé dans ses écrits, c’est surtout pour témoigner du désordre qui y régnait, sans s’attarder sur cette curieuse liqueur qui y était consommée.

Il faudra attendre 1610 et la parution de « Histoire de l’expérience chrétienne en Chine », du Père Matteo Ricci, pour avoir une première description de cette poudre que les japonais fouettent dans l’eau chaude, et de ces feuilles entières infusées par les chinois. C’est environ vers 1636 que la France découvre cette nouvelle denrée, avec ses partisans et ses détracteurs (qui accusaient notamment le thé d’enlaidir les femmes !). L’Angleterre, quant à elle, assiste à sa première vente publique de thé en 1658. Rapidement, le thé intègre les différents lieux ou « clubs », exclusivement masculin, et son essor dans la population est très rapide. A tel point qu’une taxe sur le thé est décrétée, mais tellement élevée qu’elle favorisera tous les trafiques, par exemple le recyclage des feuilles… il faudra attendre 1784 pour que cette taxe soit abaissée de 114% à 12,4% et que le commerce du thé reprenne des chemins moins chaotiques et plus à même de proposer des thés de bonne qualité.

La « tea-party » de Boston

A l’époque, les Etats Unis d’Amérique n’existent pas , mais le thé est sans aucun doute à l’origine de l’indépendance des colons.

Peter Stuyvesant, un commerçant Hollandais, fait découvrir le thé outre-atlantique en 1647. Rapidement, et comme dans le reste du monde, le thé circule dans les milieux aisés avant de connaître un franc succès auprès de l’ensemble de la population, avant même que l’Angleterre ne se mette aussi franchement à cette nouvelle boisson. L’Angleterre donc, ayant bien compris l’intérêt des colons américains pour les feuilles de thé, en augmenta drastiquement les taxes en 1767 par le « Townsend Act ». Bien que suscitant déjà un fort mécontentement outre atlantique, il faudra attendre 1773 et la publication du « TEA ACT » pour que les réactions des colons se fassent entendre dans le monde entier. En effet, le Tea Act officialise l’absolu monopole sur le thé de la Compagnie Anglaise des Indes Orientales, ce qui entraîne tous les abus possibles d’une telle situation.
En réaction, des protestataires déguisés en indiens prennent d’assaut 3 bateaux (le Baver, le Dartmouth et le Eleonor) aux cris de « le port de Boston est une théière », et déversent dans la mer toute la marchandise soit des centaines de caisses de thé. La couronne n’acceptera pas ce camouflet, et prennent cet acte comme une déclaration de guerre : le début de la guerre d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique.

A voir aussi :

Un site utilisant WordPress