2 – LU YU et l’école du thé bouilli

univers_origine_histoire

LU YU et l’école du thé bouilli

Tout d’abord, le thé se développe en Chine pour ses vertus médicinales : digestion, longévité, cicatrisation, etc….Il est alors mâché, ingéré ou réduit en une sorte d’emplâtre.

Mais c’est pendant la fameuse dynastie TANG (618-907) que le thé prend un véritable essor en Chine : ils commencèrent à le faire bouillir, et le grand raffinement propre à cette dynastie dans tous les domaines mènera à une consommation beaucoup plus codifiée et, surtout, beaucoup plus populaire. Toutes les couches de la population commencent alors à consommer du thé, que ce soit mélangé à des épices ou sous forme de soupe (car on mangeait encore les feuilles de théier).

luyuLu Yu (733-804), un moine bouddhiste, poète, saltimbanque et acteur malgré un fort bégaiement, fut le premier à réellement codifier l’usage du thé, et il consacra la majeure partie de son existence à l’art du thé. Il expliquera dans son fameux traité « CHA YU » les étapes essentielles de la préparation, de la conservation mais aussi bien sûr la consommation du thé, notamment de cette fameuse décoction appelée « soupe ». Il fut également à l’origine, contre son gré, des premiers impôts sur le thé : ayant fait parvenir à TAIZONG un excellent thé du Zheijiang, ce dernier réclama par la suite que les paysans lui livrent chaque année 30 kgs de ce thé qu’il avait particulièrement apprécié !

C’est également Lu Yu qui inventa la « lune de thé », une galette de thé compressé, et il fut à l’origine des classifications premières sur la qualité du thé (un thé au parfum délicat est appelé « chia », un thé moins parfumé au goût amer et fort sera appelé « ch’uan », et le thé amer et fort en dégustation mais doux dans la gorge sera appelé « cha »).

De nos jours, le thé bouilli est encore consommé par certaines populations notamment du Tibet ou du Népal sous la forme de ce que l’on appelle aujourd’hui le « thé au beurre salé ».

A voir aussi :

Un site utilisant WordPress