1 – Découverte du thé : mythes et légendes

univers_origine_histoire

La légende de SHEN NONG

shennongShen Nong, qui régna de 2737 à 2697 avant Jésus Christ, a été le dernier des mythiques empereurs appelés les Trois Augustes

. Shen Nong était réputé pour être médecin, fin botaniste, et était surnommé le père de l’agriculture, ou le « divin moissonneur ». Afin de lutter contre les différentes épidémies de l’époque, celui-ci préconisait déjà à ses sujets de faire bouillir de l’eau avant de la consommer. Cet empereur, dans la tradition chinoise, aurait eu le ventre transparent, ce qui lui permettait de suivre les différentes actions des plantes sur son organisme.

La légende veut que pendant qu’il se reposait au pied d’un arbre, quelques feuilles de thé portées par le vent se soient déposées dans son bol d’eau chaude, eau qui se teinta rapidement et développa une saveur aussi inconnue que délicieuse. En observant son ventre transparent, il s’aperçut de tous les agents bienfaiteurs contenus dans cette étrange plante. Le thé, appelé « CHA », était né !

Les légendes du prince BODHIDHARMA

bodhidharma_metmuseum Ce Prince indien, qui vécut au VI° siècle de notre ère, avait fait vœu de ne pas dormir pendant 9 ans, afin de répandre à travers le monde et plus particulièrement en Chine et au Japon les préceptes de Bouddha.

La première légende veut que, au bout de 3 ans, alors que la somnolence le guettait, il mâcha par hasard quelques feuilles d’un théier, lui procurant ainsi assez de force pour tenir les 6 années restantes !

La seconde version, qui nous vient du Japon, où le Prince BODHIDHARMA poursuivit son apostolat, diffère de la version indienne. Selon eux, le Prince succomba finalement au sommeil et se réveilla furieux d’avoir failli à son vœux.bodhidharma_japonais Afin de prévenir toute « rechute », le Prince décida se couper les cils pour toujours garder les yeux ouverts. Et, à l’endroit même où étaient tombés ses cils, poussèrent alors 2 grands arbres magnifiques et somptueux et inconnus. Il en infusa les feuilles et ne dormi plus pendant les 6 années qu’il lui restait à rester éveillé, poursuivant sa mission qui posèrent les bases de la secte Zen. Celle-ci, qui apparut au XII° siècle, et dont les principes d’harmonie, pureté, respect et sérénité réservent une grande place au thé, instrument de clairvoyance, notamment à travers la cérémonie japonaise, le Cha No Yu.

Quoi qu’il en soit, il semble que le théier, le « camélia sinensis », soit bien apparu tout d’abord en Chine, certainement entre le Yunnan, la Birmanie et le Vietnam. Il est également clair que les tous premiers consommateurs de thés infusés soient les chinois, qui auraient d’abord commencé par mastiquer les feuilles et les bourgeons de ce magnifique arbre aux vertus multiples.

A voir aussi :

Un site utilisant WordPress