Thé blanc

couleurs_thes

Une Oxydation naturelle

Sa fabrication se divise en 2 étapes seulement : simple en apparence, sa fabrication est pourtant l’une des plus complexes et réclame l’œil averti des meilleurs planteurs. Originellement produit dans le Fujian, en Chine, la technique est maintenant répandue dans tout le pays, mais aussi dans d’autres régions productrices (Darjeeling en Inde et le Sri Lanka en sont de bons exemples).

1) Flétrissage : 2 à 3 jours.
2) Séchage : 10 minutes.

Dès la cueillette, nous avons à faire avec des thés d’exceptions : les meilleurs théiers sont sélectionnés, sur lesquels on prélève uniquement le bourgeon et les deux feuilles adjacentes. Pour les plus grands crûs (aiguilles d’argent du Fujian, « Yin Shen »), on ne garde que le bourgeon, et la cueillette n’a lieu qu’une fois dans l’année, dans les 15 jours précédant la fête de la pure lumière, quand les conditions climatiques sont optimales.

Le produit de la récolte est alors délicatement étalé sur de grandes claies en bambou, à l’air libre, sous un soleil voilé. Un très léger processus d’oxydation commence alors, et donne sa couleur argentée au bourgeon.

Enfin, on sèche très rapidement les feuilles afin d’obtenir une dessiccation immédiate, les feuilles ayant tendance à se gorger rapidement de l’humidité ambiante.

Voir tous nos thés blancs

Un site utilisant WordPress