Les couleurs du thés

couleurs_thes

Les couleurs du thé:

Thé vert, thé noir ou thé rouge, thé sombre et thé blanc, thé jaune, thé fumé, … le consommateur de thé se sent parfois perdu parmi toutes ces appellations, beaucoup pensent que les feuilles ont déjà leur couleur en poussant… Et non !

Les couleurs du thé ne dépendent que d’un facteur : le taux d’oxydation du thé, souvent appelé à tort « fermentation ».

Nous prendrons ici le parti de parler des couleurs « occidentales » du thé, à la différence des couleurs « chinoises » qui se définissent par la couleur de la feuille infusée.

Laissez-vous guider parmi les couleurs du thé, nous allons vous les expliquer très simplement !

THE VERT : PAS D’OXYDATION !

Le the vert est un thé dont l’oxydation est arrêtée tout de suite après la cueillette. Ils sont principalement originaires de Chine et du Japon.

En savoir plus sur le thé vert

THE BLANC : UNE OXYDATION NATURELLE

L’un des thés les plus recherchés par les amateurs. Sa fabrication se divise en 2 étapes seulement : simple en apparence, sa fabrication est pourtant l’une des plus complexes et réclame l’œil averti des meilleurs planteurs.

En savoir plus sur le thé blanc

THE BLEU (ou bleu-vert, ou oolong) : UNE SEMI-OXYDATION

Les thés bleus peuvent être oxydés entre 10% et 70% environ, voire être torréfiés. Ils sont souvent peu théinés et principalement originaires de Chine et de Taïwan. Le thé bleu est également appelé oolong.
En savoir plus sur le Thé bleu

THE NOIR (Ou Rouge en Chine) : UNE OXYDATION COMPLETE

Les thés noirs sont fabriqués dans le monde entier, leur fabrication exige une oxydation complète des feuilles. Nous les appelons les thés noir en Europe car nous nous référons à la couleur des feuilles sèche, après oxydation. Les chinoix, eux, parlent de thé « Rouge » plutôt que de the noir car ils se réfèrent à la couleur cuivre des feuilles infusées.
En savoir plus sur le thé noir…

THE SOMBRE (ou Noir en Chine) : UNE POST-FERMENTATION BIOLOGIQUE

Thés sombres en Europe, car leurs feuilles sèche n’est pas tout à fait noir mais cependant très …sombre ! En Asie, on parle encore une fois des feuilles infusées, complètement noires ! C’est de garde, se bonifiant avec l’âge, mais c’est aussi le seul qui fait appel dans sa fabrication à une réelle fermentation, apparentée à celle utilisée pour les vins.
En savoir plus sur le thé sombre

THE JAUNE : UNE COURTE FERMENTATION « A COUVERT »

Très rares, ces thés jaunes ont un traitement à part, même s’il apparaît des similutudes avec le traitement des thés verts.
En savoir plus sur le Thé jaune

THE FUME

Des thés très appréciés en Europe, quasiment introuvables en Asie ! Ce sont en fait des thés rapidement fermentés, et fumés dans les volutes d’un feu de branches, racines et feuilles d’épicéa.

En savoir plus sur le Thé fumé

THES ET MELANGES PARFUMES

Issus d’une tradition chinoise ancestrale, comme d’ajouter des boutons de roses, de jasmin ou encore de chrysanthèmes, puis cette tradition a largement évoluée sur les chemins qui ont mené le thé jusqu’en Occident.

En savoir plus sur les Mélanges de thés parfumés

MELANGES CLASSIQUES (ou natures)

Le plus connu des mélanges classiques est bien sûr le « Mélange anglais ». Ce procédé consiste à mélanger des thés de différentes origines afin d’obtenir un thé des plus originaux.

En savoir plus sur les Mélanges de thés classiques

THE ROUGE (ROOIBOS)

Récoltés en Afrique du Sud principalement, cette plante que l’on nomme encore souvent thé rouge n’est pas de la famille du Camélia Sinensis, et donc….n’est pas du thé ! LE Rooibos est pourtant très apprécié notamment pour son absence naturelle de théine, et pour sa richesse en diverses vitamines et anti-oxydants.

En savoir plus sur le Thé rouge

Un site utilisant WordPress